Notre test du jeu Dishonored

DISHONORED

Jaquette du jeu Dishonored

Paru | 09 Octobre 2012

Genre : FPS/infiltration
Éditeur : Bethesda
Développeur : Arkane Studios
Multijoueurs hors ligne : Non
Multijoueurs en ligne : Non

Compatible PlayStation Move : Non
Compatible 3D : Non

Acheter le jeu Dishonored Acheter le jeu Dishonored au meilleur prix

5 membres possèdent ce jeuVoir la liste

13 membres souhaitent avoir ce jeuVoir la liste

Ajouter Dishonored à ma collection Ajouter Dishonored aux jeux que je souhaite avoir
Disgaea 4 : A Promise Unforgotten Disney Infinity
Voir la fiche du jeu Dishonored Ajouter ce jeu à ma collection/liste de souhaits

Miniature du jeu DishonoredDéveloppé par les frenchies d'Arkane, Dishonored était une sorte d'outsider que l'on attendait beaucoup. Avec un univers steampunk racoleur et original, un gameplay modulable et dynamique, une histoire de trahison et de vengeance, tous les ingrédients semblent réunis pour faire de ce titre édité par Bethesda un des hits de cette année, mais qu'en est-il réellement ?


Avant toute chose, posons les bases : On incarne Corvo, le garde du corps de l'impératrice de Dunwall, qui rentre tout juste d'une mission qui vise à remédier à cette terrible épidémie qui s'abat sur la ville, une vilaine peste qui rend ses habitants agressifs, pour finir par les tuer. La quête étant toujours infructueuse, vous faites donc votre rapport à votre chère impératrice, avec qui vous avez une relation qui va au-delà de la simple formalité. C'est alors que, sorti de nulle part, des personnes aux sombres pouvoirs débarquent et tuent votre protégée devant vos yeux. Bien évidemment, la garde accourt aussitôt et vous retrouve seul avec le corps de l'impératrice. La sentence est sans appel, vous êtes jeté en prison et condamné à mort !


Corvo, le bouc émissaire parfait
Alors que vous attendiez la mort, enfermé entre 4 murs, des forces obscures viennent vous rendre visite et vous confèrent des aptitudes surhumaines, en plus de vous aider à vous échapper. C'est ainsi que commence votre nouvelle quête afin de rétablir la vérité et, accessoirement, faire payer les coupables.

Afin d'essayer d'avoir une meilleure appréhension de l'univers de Dishonored, plaçons le contexte de celui-ci. Dunwall est divisée deux parties : D'un côté, on retrouve les riches, les nobles bien pensants menant la belle vie, pour qui l'épidémie de peste n'est qu'une histoire à conter aux enfants pour leur faire peur. De l'autre côté, on retrouve les gens d'en bas, qui luttent comme ils le peuvent contre cette peste ravageuse. Terrés dans des quartiers que l'on pourrait qualifier de bidonvilles, les péons se battent pour une dose d'antidote.

La ville est alimenté grâce à l'huile de baleine, qui est également un composant hautement instable et explosif. Le gouvernement en place suite au meurtre de l'impératrice est dirigé par des hommes véreux (étonnant), leur rôle consiste à garder les bourgeois sains et saufs, tout en laissant pourrir le petit peuple dans son coin. Bien sûr, vous êtes désormais la cible à abattre, depuis que vous vous êtes échappé de prison, mais pour vous protéger, vous êtes pourvu d'un arsenal bien fourni, en plus de vos aptitudes d'assassin.


Le vengeur masqué
Coiffé d'un masque afin de garder une certaine anonymat, ce qui ne vous permet pas non plus de marcher tranquillement dans les rues de Dunwall, vous avez reçu la marque de l'Outsider, une sorte de personnage mystique qui se dit "neutre" dans tout ce conflit mais qui est malgré tout désireux de vous donner un coup de pouce. Cette marque vous confère divers pouvoirs : ralentir le temps, passer d'un endroit à un autre en un clin d'oeil, posséder des êtres vivants, envoyer valser tout ce qui se trouve devant vous à la manière d'un Fus Ro Dah ou encore faire appel à une horde de rats affamés qui ne feront qu'une bouchée de vos opposants.

Bien sûr, cette liste est non-exhaustive et tous les pouvoirs ne sont pas disponibles dès le départ, il faudra trouver divers runes en fouillant les recoins sordides de cette ville ouverte. Car oui, même si le jeu a l'air linéaire, il n'en est rien puisque, pour quasiment toutes les missions, vous avez le choix ! Ainsi, on prend du plaisir à explorer la ville, à grimper sur ses toits, rentrer dans certains bâtiments, effectuer des missions secondaires qui s'avéreront utiles pour votre quête principale, à chercher les runes pour débloquer/améliorer vos pouvoirs. Mais en plus de ces pouvoirs, qui consommeront votre mana, on retrouve également des Charmes d'Os, disséminés un peu partout, qui vous octroieront d'autres capacités spéciales qui seront toujours actives. Vous ne pourrez cependant en activer qu'un nombre restreint à la fois.

Ainsi grâce à ces Charmes d'Os, vous aurez par exemple la possibilité de regagner du mana ou de la vie en buvant de l'eau, les rats seront moins enclins à vous attaquer, vous vous soignez plus lorsque vous mangez, etc...


Liberté, égalité, déshonoré
Vos pouvoirs et vos armes peuvent être complémentaires, et c'est votre imagination qui vous permettra de faire des combos parfois totalement impensables. Par exemple, vous pouvez arrêter le temps, tirer de multiples flèches, qui resteront en suspend jusqu'à ce que le temps redevienne normal, vous pourrez ainsi vous débarrasser de plusieurs ennemis en un clin d'oeil, ou encore, arrêter le temps au moment où un ennemi vous tire dessus, prendre possession de ce dernier pour ensuite le placer devant sa propre balle. Vous l'aurez compris, la créativité est mise en avant dans Dishonored, afin de vous laisser de multiples choix dans l'aboutissement de votre mission, mais sachez qu'un bon assassin est invisible et ne tue que ses cibles sans faire de dommages collatéraux !

Maintenant que l'on a à peu près fait le tour de l'histoire et de la jouabilité, attardons-nous sur l'aspect visuel du jeu. Arkane a réussi à façonner un monde contrasté. Insalubre, sombre, montrant la misère insufflé par la peste, mais Corvo sera également amené à côtoyer la bourgeoisie menant la belle vie, tout en bling bling steampunk, à la panse bien remplie. L'univers de Dishonored est vraiment unique et plaisant, mais il y réside cependant des inégalités dans les textures, certaines sont même assez grossières, voire floues, alors que d'autres sont impeccables. Mais on peut facilement passer outre ce détail tant le monde ouvert est bien réalisé dans son ensemble.


Un autre point que j'ai failli oublier. Après votre évasion au début du jeu, vous rencontrez les personnes qui ont contribué à celle-ci. Et, ainsi, vous vous retrouvez dans votre "QG", là où vous irez après avoir fini chaque mission afin de vous reposer, avant d'attaquer la prochaine. Il y a différents personnages, dont un qui vous permet d'acheter et d'améliorer vos armes grâce à l'argent trouvé ou récupéré sur les corps de vos victimes (ou même d'autres bibelots).

Ces personnes qui vous ont aidé à vous échapper ne l'ont pas fait que pour la justice, mais également car elles ont besoin de vos talents et, de ce fait, vous leur êtes redevable. C'est ici que le scénario est quelque peu redondant, certes il y a quelques subtilités et/ou surprises dans l'histoire, mais elles ne sont pas suffisantes pour rendre ce scénario accrocheur. C'est dommage car c'est ce détail qui fait que l'on a du mal à s'investir réellement dans la quête primaire de Corvo. Il manque ce je-ne-sais-quoi pour que l'aventure soit vraiment addictive.

http://www.ultimateps3.fr/images/test/17.pngAvec son univers Steampunk original et bien réalisé, Dishonored est un très bon jeu cependant, son scénario qui peine à convaincre pourra vous donner quelques difficultés à vraiment accrocher. Malgré cela, la liberté de choix et d'action est un gros plus, et vous aurez réellement l'impression d'avoir fait vos choix vous-même. Sans pour autant être magnifiques, les graphismes réussissent à immerger le joueur dans ce monde pourri, que ce soit par cette peste ou par le gouvernement. Avec une durée de vie d'une vingtaine d'heures, le jeu peut également se targuer d'avoir une bonne rejouabilité, afin de voir comment l'histoire se profile en faisant des choix différents ou même pour débloquer d'autres pouvoirs (ces derniers ne peuvent être débloqués/améliorés au max en une partie).


Points positifs
• Un univers steampunk unique et original
• Une liberté dans vos choix et vos actions
• Une créativité mise en avant grâce à la complémentarité de vos pouvoirs et de vos armes
• Une bonne rejouabilité

Points négatifs
• Un scénario un peu mou
• Des textures parfois assez grossières

Tom V.



Pour réagir au test sur le forum rendez-vous ici :
http://www.ultimateps3.fr/forums/sujet- … nored.html