Emmanuel Macron est favorable au crowdfunding

crowdfunding

En mars dernier, à l’occasion d’une réunion officielle, l’ancien Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, s’est montré très clairement en faveur des plateformes de crowdfunding. Il comptait, pour cela, instaurer une série de mesures afin d’aider ce secteur à se développer. Face à un financement participatif qui prend de plus en plus de place à l’international, mais aussi en France, l’ancien ministre souhaitait se servir encore davantage de la technologie pour financer notre croissance économique.

4 idées principales

Son discours a mis en avant 4 idées principales autour de cet axe, nous vous les avons résumées ici :

  • Il ne sera pas nécessaire pour les entreprises de déposer un prospectus détaillé au près de l’AMF pour toutes les levées de fonds inférieures à 2,5 millions d’euros faites sur ces plateformes. Avant, ce montant était limité à 1 million d’euros. Cela posait réellement problème dans la mesure où le financement était clairement plus long à obtenir dans en raison du fait qu’il fallait monter un long dossier au près de l’AMF. Le but de cette augmentation était de permettre à de plus grosses sociétés de se servir du crowdfunding pour se financer. Sociétés particulièrement concernées : celles dans le secteur du développement durable qui ont, en général, d’importants besoin de financement.
  • Depuis Mai, le montant pour les investissements des particuliers sur des projets crowdfunding est passé de 1.000 euros à 2.000 euros, doublant ainsi la somme potentielle qui peut être investie par les prêteurs.
  • Dans son discours, l’ancien Ministre prévoyait également une extension du crowdfunding à de nouvelles structures juridiques comme les établissements public à caractère industriel et commercial ou les coopératives. Désormais, ces établissements peuvent avoir recours à des obligations convertibles, des titres participatif ou des actions de préférences pour se financer. Le grand public dispose donc d’outils de financement qui étaient, jusqu’alors, réservés aux fonds d’investissements. Cependant, ces produits financiers sont légèrement plus complexes à manier et il faudra donc se renseigner davantage afin de mieux contrôler son placement.
  • Pour finir, Emmanuel Macron, avait pour projet de développer la technologie décentralisée dite « blockchain ». Cette dernière a été mise sur le devant de la scène avec le développement du Bitcoin et de l’achat de la monnaie associée.

Laisser un commentaire